UN ESPRIT DESSALINIEN POUR RÉSOUDRE LES CRISES ACTUELLES D´HAITI Print

Le constat des crises de nature diverse qui boulversent actuellement Haiti: violation du territoire national, corruptions administratives arrogantes, ingérence diplomatique continuelle, parlement décrié et complote avec l´exécutif contre le peuple, scandale économique au sein de la famille présidentielle, dénonciations et accusations de toute sorte et de toute part, révocations abusives, contestations au sein du CSPJ¹, CEP² dans l´impasse, etc., révèle d´une grande préoccupation, de ce fait, une solution s´impose. Ces crises ne datent pas d´hier et leur solution ne se trouve s´inscrire que dans une prise de conscience conduite, animée, transformée et illuminée par l´idéal dessalinien qui s´ancre à un ordre sociologique de l´histoire haitienne. En effet, à l´approche du jour (17 octobre 2012) qui marquera le 206ème anniversaire de l´assassinat, hautement administré, tant à l´échelle nationale qu´internationale, du premier chef d´état de la république d´Haiti, une réflexion se fait extrêmement utile, urgente et importante, non seulement dans l´objectif de mettre en valeur les grands aspects de cet idéal, mais encore toujours dans ce même souci d´élégance, celui d´interpeller la conscience citoyenne de nos frères et soeurs, et de proposer aux dirigeants souvente fois aveugles et sourds, certaines voies de tentatives de solutions dont nécessite Haiti. Cette réflexion s´inscrit, en outre, dans le cadre d´un devoir citoyen pour la nation et pour l´histoire. Ma responsabilité citoyenne ne me permet pas d´afficher une attitude silencieuse et complice, ou encore pir, un comportement de lâche face aux problèmes, d´ailleurs solitionnables, mais cependant souffrant d´une métodologie et d´une épistémologie dont le fondement se trouve dans les racines historiques de cet idéal. Ces racines traduisent les bases constantes, solides et fortes sur lesquelles un pays doit se construire, l´une de ces principales bases est la mémoire historique. Il est impératif de faire ce plaidoyer historique. Pourquoi pas le commencer même après 206 ans de la mort de notre empéreur qui a voulu doter ce pays d´une souveraineté économique et d´une indépendance politique, mais pourtant, il fut lâchement assassiné.


En guise d´une introduction


1- Dessalines, un illétré qui avait vaincu Napoléon Bonaparte?

Avant de présenter un résumé de l´idéal dessalinien, il est important, d´une part; pour éviter toute confusion du côté des lecteurs, de signaler que je ne suis pas un dessalinien ni un dessaliniste, je ne fais que ce que m´impose le sens du devoir en tant que citoyen haitien, ce en vertu de mes humbles connaissances en histoire, de l´autre; de présenter un esquisse biographique de ce héros haitien. En effet, Dessalines est né en
1758, plusieurs historiens ne s´accordent pas sur le lieu de sa naissance, mais d´autres retiennent qu´il est né dans la Grande Rivière du Nord et a passé une partie de son enfance dans l´Artibonite. C´est la thèse la mieux admise jusqu´à preuve du contraire. L´histoire retient qu´il fut un esclave indocile, rebelle et souvent marron. D´abord esclave d´un colon blanc dénommé Jacques Duclos, il fut ensuite dès son jeune âge vendu à un autre noir affranchi appelé Jean-Jacques Dessalines dont il hérita le nom, car du temps de l´esclavage, l´esclave en tant qu´objet, portait le nom de son maître. Il ne supportait pas les abus des colons, alors il se révoltait à maintes reprises contre le système colonial établi à Saint-Domingue. Sans vouloir reprendre tout son parcours militaire, je voudrais rappeler certains de ses moments les plus forts dans l´histoire d´Haiti. En effet, après l´élimination de Toussaint Louverture en 1802 sur la scène politique à Saint-Domingue par Napoléon Bonaparte, Dessalines surgit en prenant le haut commandement de l´armée indigène. Ce dernier a mis en déroute à deux reprises l´armée française: une première défaite à la Crête-à-Pierrot en mars 1803, et une seconde à Vertières en novembre 1803. Ces deux dernières batailles parmi d´autres précédentes, et plus particulièrement, celle de Vertières, ont permis à Haiti de rompre définitivement avec la France. Et le 29 novembre 1803, le pays fut en liesse, des joies
époustouflantes jaillissaient, après que l´armée indigène menée par le général Jean- Jacques Dessalines, a vaincu, le 18 novembre 1803, l´armée napoléonienne dirigée par le général Donatien Rochambeau. Dès lors, Saint-Domingue n´existe plus, c´est la République d´Haiti, plus tard l´Empire d´Haiti qui a pris naissance. Les français refusent catégoriquement jusqu´à présent d´admettre ces défaites. C´est pour cette raison, ayant perdu tout espoir d´un retour à l´ordre colonial, ils ont finalement admis en
1825 la perte définitive de cette glorieuse et prospère colonie. C´est pour cela

également, ils se réclament Toussaint Louverture tout en nous exposant un Jean-Jacques Dessalines barbare, illetré, sauvage et cruel. Cependant, selon plusieurs historiens dont Jacques Casimir, Dessalines savait lire et écrire. Pour défendre sa thèse, l´auteur s´est

référé à Baron de Vastey, le premier historien qui a écrit un éminent ouvrage sur l´histoire d´Haiti 15 ans après son indépendance, soit en 1819, dont le nom est Essai sur les causes de la révolution et des guerres civiles d´Hayiti. La thèse de Casimir s´articule autour de deux arguments. Le premier prend en compte le fait que Dessalines a appris de son premier maître Jacques Duclos, le métier de charpentier, lequel métier exige nécessairement le calcul des charpentes et des traverses des toits, ainsi, à croire cette source, la thèse voulant faire croire que Dessalines était illétré tombe automatiquement. Le second argument de Casimir porte sur une lettre datant de février
1804 que Dessalines avait lui-même adressée au président américain Thomas Jefferson pour lui demander la reconnaissance de l´indépendance d´Haiti. La réponse à cette lettre qui est d´ailleurs classée hors temps, n´a jamais été donnée. A noter que les dossiers classés hors temps dans les archives américains, nul n´a le droit de les déclassifier sous aucun prétexte.


En outre, cette thèse du ''massacre des français'' après les guerres de l´indépendance, n´a comme pour objectif que celui de continuer à faire passer Dessalines pour un barbare, un sanguinaire, enfin, un cruel. Les français n´aimaient, n´aiment et n´aimeront jamais ce Dessalines qui leur a flanqué une leçon inoubliable dans l´histoire, ainsi, même après son assassinat, ils se sont battus vainement à anéantir sa mémoire. S´ils refusent Dessalines, nous n´allons pas non plus leur laisser Toussaint Louverture. Les deux, malgré quelque légère différence, nous appartiennent. Ainsi, nous n´allons pas rentrer dans le débat opposant ces deux supers héros, c´est un piège de l´occident, surtout de la France qui cherche vainement à accoler la nationalité française
à Toussaint. En fait, sans un Toussaint on aurait jamais eu un Dessalines qui, selon Jacques Casimir était son conseiller spécial en matière des stratégies de la guerre. Dessalines était, dit-il, l´adjoint de Toussaint, son homme de confiance très apte et prompte à exécuter et à faire exécuter ses ordres. L´historien ajoute, par ailleurs, que Dessalines avait dit à Toussaint de ne pas se rendre au dîner du Général Brunet auquel lui aussi était convié. Mais sûr de lui-même, il s´y rendit, et là il fut arrêté puis déporté en France où il arriva à Fort-Dejoux le 22 août 1802. Il est également de notre devoir de dénoncer le film de ''Toussaint Louverture'' mettant en vedette l´acteur haitien
évoluant à Hollywood Jimmy Jean-Louis. Ce film, dit Jacques Casimir, est un véritable scandale historique, l´occident a, une fois de plus à travers ce film, fait passer Dessalines pour un cruel en le montrant mettre une balle dans la tête de Biassou.

Cependant, dans son propre livre ''Les Mémoires de Toussaint Louverture'', Toussaint affirma lui-même qu´il avait fait déporter Biassou en Floride qui fut dès lors une colonie espagnole, où ce dernier a servi dans des milices noires, actuellement, une rue en Floride porte le nom du général Georges Biassou, en souvenir de sa vie remarquable menée dans ce quartier où il est mort en 1801. Enfin, l´occident, détenant le pouvoir de la communication et de l´information, continue de faire tout ce qui est en son pouvoir pour nous faire rayer Dessalines de l´histoire d´Haiti, ce depuis plus de 200 années. Mais, heureusement, le mensonge ne s´est jamais, dans l´histoire de l´humanité, triomphé sur la vérité. L´histoire a montré que Dessalines est l´un des rares stratèges que l´humanité n´ait jamais connu et dont les sources de ses connaissances en art de la guerre et de l´organisation de l´armée demeurent extrêmement impressionantes, personne ne sait d´où lui venait ce génie. Pour nier cette capacité d´homme lettré et impressionnemment intélligent qu´était Dessalines, les Français disent qu´il était possédé par des esprits, car il servait des loas, les dieux du vodou haitien, ce sont ces dieux qui lui ont fourni toute cette énergie. Thèse complètement absurde qu´on ne saurait jamais imaginer provenir des français, un peuple qui se dit si rationnel, logique, moral et doué des idées cartésiennes et d´une certaine éthique. Enfin, Dessalines est ce soi-disant illetré et barbare qui a capitulé pour la première fois dans l´histoire du monde l´armée toute-puissante et invincible de Napoléon. Toutes les actions calomnieuses et mensongères de La France contre notre immortel empéreur ne doivent pas détruire cet idéal dessalinien qui doit nous pénéter tous afin de sauver Haiti et dont je vous présente un résumé.


2- L´idéal dessalinien

Au lendemain de 1804, le nouvel Etat né devait faire face à de grandes difficultés tant sur le plan nationale qu´internationale. Mais, Dessalines avait trois grands objectifs: défendre l´indépendance fragilisée, reconcilier la nation avec elle- même et garantir la souveraineté économique et politique du pays. Pour Dessalines ainsi que pour les généraux qui l´entouraient, ces trois objectifs doivent être le socle sur lequel il faut construire cette nation plus particulièrement l´indépendance qui est à la fois sacrée et non négociable, ce quelles que soient les circonstances. En effet, le plan de Dessalines s´inscrivit dans un contexte très difficile où le pays fut totalement ravagé par les guerres de l´indépendance; toutes les plantations s´étaient envolées dans les

flammes, l´économie de l´ancienne colonie de la France était extrêmement faible. Face à ce dilemme, Dessalines eut la responsabilité d´organisser l´état autour d´un plan d´action, et ce plan est l´idéal dessalinien qui se résume en cinq grands projets nationaux: 1-protéger l´intégrité du territoire, 2-sauvegarder la souveraineté nationale, 3-assurer une justice sociale, 4-construire un pays sur la base d´unité nationale et 5-créer une stabilité économique. En fait, l´idéal dessalinien s´entend le plan d´action qu´avait Dessalines pour doter le pays d´une structure gouvernementale stable, d´un développement durable et d´une autonomie économique. Malgré les grandes difficultés auxquelles il devait faire face dont le blocus économique à l´échelle internationale et l´isolement politique du pays appuyé par la communauté internationale,
à l´aide de ces cinq grands axes autour desquels s´ancre sa politique de gouvernance générale, nous voyons en Dessalines un chef d´état, non seulement conscient de ses
énormes responsabilités, mais surtout un visionnaire qui voulait laisser une base durable

à cette première république noire du monde. L´historien Georges Michel voyait en lui un socialiste avant la lettre, bien que présentée par Thomas Madiou comme un président qui priorisait le plaisir, les fêtes coquines sur les affaires importantes de l´état. Cependant, avec le plus grand estime que je dois à cet éminent historien, son analyse ne cadre vraiment pas avec la personnalité de Dessalines à en croire d´autres historiens comme Ardouin qui voyait en lui un chef d´état responsable. Mulâtre, Madiou reconnut lui-même que ses récits historiques avaient beaucoup de failles parce qu´il n´a pas vécu au pays durant les guerres qui ont amené à l´indépendance. Pour mieux comprendre cet idéal dessalinien, je voudrais en quelques lignes vous inviter à cette illustration.


2. 1. Protéger l´intégrité du territoire

Il est important de noter que la terre d´Haiti selon l´acte ayant proclamé généralement son indépendance était interdite à toute puissance colonisatrice dont la France, en revanche, elle était ouvertement accessible à tous ceux qui cherchaient la liberté, l´égalité et le droit de vivre dignement comme un être humain. En effet, par intégrité territoriale, Dessalines voulait que le sol d´Haiti soit souverainement respecté par quel que soit le pays. Aucune armée étrangère, quel que fut le prétexte, n´a le droit d´intervenir en force sur la terre d´Haiti. Le territoire national est inviolable, sa jouissance appartient exclusivement aux haitiens, aucun étranger, qu´importe sa nationalité, n´a le droit d´être propriétaire en Haiti. (art.12 de la constitution impériale

d´Haiti de 1805). En prenant une telle décision, les autorités haitiennes voulaient protéger le pays contre toute influence, toute immixtion étrangère dans ses affaires internes. Beaucoup pensent que Dessalines haissait les blancs, si cela était vrai, il n´aurait pas épargné des allemands, des polonais et d´autres blancs dont il estimait qu´ils pouvaient être d´une très grande utilité pour le pays dans un domaine quelconque. Il les aurait éliminés tous. De plus, même la ''haine'' dite de Dessalines contre les Français, ne peut pas être vérifiée sur le seul fait que certains historiens dont Madiou avancent qu´il avait ordonné le ''massacre des français'' qui restaient dans l´île. S´il restait encore des français dans l´île et s´ils représentaient un danger imminent à un retour offensif de l´ancien régime, donc cela mettrait en péril la consolidation de l´indépendance. Puis que l´indépendance était non négociable à tout prix, il faudrait se débarrasser de tout indice qui pourrait la compromettre. Les Français étaient-ils un de ces indices? Je peux dire en toute réserve si et seulement si leur présence ne nuisait pas. Il en est de même aujourd´hui, quand on a des diplomates comme Keneth Merten, Didier Lebret accrédités en Haiti qui, sans aucune réserve, s´immiscent largement et longuement dans les affaires internes du pays, quand on a la présence d´une armée
étrangère sur le sol national, quand, enfin, le dernier vient de Washington, de Paris, de Londre ou encore de Montréal, de cela dérange énormément, donc la meilleure solution c´est s´en débarasser, mais il faut vraiment avoir un esprit dessalinien pour le faire. Se débarrasser d´un élément nuisible ne signifie pas, toutefois, le tuer, mais le mettre hors de danger de nuire.


Sous l´empire de Dessalines (1804-1806), Haiti n´a eu, sous une forme quelconque, aucune relation avec la France, car il jura, et fit jurer au peuple et à ses généraux de renoncer à jamais à la France. Après son assassinat, le pays a eu des relations commerciales avec la France, les ports haitiens furent ouverts aux français et vice versa, mais sous des pavillons masqués ou anonymes. Pour Dessalines la protection et la défense du territoire contre toute influence de puissance étrangère surtout colonisatrice doivent être à tout prix assurées. Ainsi, il fit camper une armée de plus de
52 500 hommes qui représentent 19% de la population de l´époque dont il confiait le commandement général à Henri Christophe, il fit élever des forts dans tout le pays, il donna la mer pour frontière, telles furent les plus importantes mesures stratégiques qu´il a prises pour garantir la sécurité du territoire. Peu de temps après sa mort, tout ce rêve fut en un instant anéanti. Le pays a connu et connaît présentement des situations où le

sol national n´est plus respecté: l´occupation de l´ONU de 1991 à nos jours en passant par celle des américains de 1915 à 1934. Sur ce, il n´y a vraiment aucune fierté de parler de Dessalines pandant qu´Haiti se trouve actuellement occupée par la MINUSTAH. C´est un affront qu´on lui causera. Mais, d´un autre côté, je crois que c´est le moment propice, idéal et authentique d´exhiber sa vision dans le seul espoir de parvenir à une minimum prise de conscience. Depuis l´élimination de Dessalines en passant par celle de Toussaint jusqu´à aujourd´hui, Haiti est devenue une calamité, un enfer pour ses propres fils, et un emmerdement pour la communauté internationale, même si elle se garde de ne le dire.


2.2. Sauvegarder la souveraineté nationale

Le second élément de l´idéal dessalinien est la garantie de la souveraineté nationale. L´acte posé par Dessalines pour le mettre en oeuvre fut le vote de la constitution impériale du 20 mai 1805, laquelle constitution stipule en son article premier : '' Le peuple habitant l'île ci-devant appelée Saint-Domingue, convient ici de se former en État libre, souverain et indépendant de toute autre puissance de l'univers, sous le nom d'Empire d'Haïti ''. Elle consacrait à Dessalines presque tout le pouvoir. Cette constitution est l´expression claire et nette de la souveraineté politique d´Haiti, le symbole du droit entier reconnu au citoyen haitien de choisir ses propres dirigeants, par cet acte, Dessalines a montré effectivement que le pays n´était plus sous la tutelle d´aucune puissance colonisatrice. En dotant le pays de cette nouvelle constitution, Dessalines a montré également que seul le peuple haitien est maître de sa propre destinée. Par contre, la lecture de cette dernière nous amène à entrevoir, en quelque sorte, un piège invisible tendu peut-être inconsciemment et involontairement par les généraux à Dessalines dès son accession au pouvoir comme premier président d´Haiti. Elle reconnaît, en outre, un pouvoir centralisateur et totalisateur à Dessalines, car en son article 33, elle stipule: ''Il (l´Empéreur Jean-Jacques Dessalines) pourvoit à la sûreté intérieure et à la défense de l'État, distribue les forces de terre et de mer suivant sa volonté''. Non pas suivant la loi. Donc, l´Empéreur gouverne selon sa volonté, et non selon ce que dit la loi. Cette constitution, tout en respectant l´esprit du texte de loi que nous ne cherchons pas à interpréter, ce en vertu du profond respect que nous devons à nos premiers législateurs, a été, selon notre analyse, rédigée sous le coup de l´émotion. Et Dessalines s´en fit piéger sans le savoir. Cependant, il convient

d´admettre qu´elle a été l´oeuvre de quelqu´un que la France a, de toute sa force et de toute sa rigueur, voulu nous faire avaler comme un illétré parce qu´il l´a vaincue. En cela, je rejoins l´historien Jacques Casimir qui écrit:''Les Vaincus n’écriront jamais l’histoire des vainqueurs. S’ils le font, c’est d’une manière hideuse, tronquée et falsifiée, pour nous montrer qu’ils ont toujours le dernier mot''. Enfin, en dépit d´un pouvoir d´autoritarisme reconnu par cette constitution à Dessalines, elle conserve toute sa valeur en tant qu´instrument d´organisation de la première république noire au monde en ayant renversé brutalement le système colonial européen pour la première fois dans l´histoire de l´humanité, ce avec les faibles moyens dont disposait l´armée indigène.


2.3. Assurer une justice sociale

Le troisième grand aspect de l´idéal dessalinien qui est la question de justice sociale, s´inscrit dans les décisions prises par Dessalines pour construire une société
égalitaire où les richesses du pays seraient équitablement partagées. Une société dans laquelle, il n´existe pas des disparités entre riches et pauvres, où une très faible minorité ne s´accapare pas de toutes les richesses du pays pendant qu´une maigre et insignifiante partie est laissée à la grande majorité, où chacun a une égalité de chance de pouvoir réussir pieusement, intellectuellement et économiquement sa vie, enfin celle où chacun peut avoir accès aux besoins les plus élémentaires comme l´eau, la nourriture, le travail ainsi que ses propres moyens économiques pour élever ses enfants dans la dignité. Un jour après la proclamation de l´indépendance sur la place d´armes des Gonaives, Dessalines devait faire face au dossier brûlant des terres laissées par les colons, disons mieux, son premier baptème de feu comme premier président d´Haiti, son premier grand dossier qui allait le conduire jusqu´à la tombe. En effet, au moment de chasser les colons, ces derniers ont vite passé des contrats éphémères aux affranchis dans l´espoir de revenir récupérer leurs biens, car la France caressait le rêve d´un retour offensif pour reprendre cette colonie si prospère, son véritable grenier, voire celui de l´Europe dont elle avait du mal à digérer la perte. Les anciens libres rentrent en conflit avec les nouveaux libres en se réclamant les terres des colons dont ils se disent être héritiers- propriétaires. En face de cette situation, Dessalines s´étonne de ce que les anciens libres aient attendu le départ de leurs maîtres pour rentrer en possession de leurs biens, mais il doit trancher. Ainsi, il adopta une position de sagesse en prenant, le 2 janvier 1804 un décret autorisant la nationalisation de toutes les terres laissées par les colons, ensuite

celui du 24 juillet 1805 portant sur la vérification des titres de propriété. L´application du premier décret fait rentrer toutes les terres dans le domaine exclusif de l´état qui se charge désormais de leur gestion et de leur attribution à qui il le veut. Cependant, cette décision mécontentait à la fois les anciens libres qui voulaient ces terres afin d´augmenter leur richesse ainsi que les nouveaux libres parce que ces derniers étaient soumis au système de caporalisme agraire qui leur faisait rappeler l´ancien régime. Donc, après la prise de ces décisions de justice sociale, Dessalines se trouvait entre l´enclume et le marteau, dès lors toutes les couches de la société complotaient pour avoir sa tête. Se basant sur ces propres mesures de justice sociale, Dessalines disait à maintes reprises que l´indépendance ne fut pas l´oeuvre d´une personne ou d´un groupe de personnes, mais celle de tous, donc tout le monde doit en jouir. Il allait même jusqu´à se référer aux pauvres frères qui se trouvaient en Afrique en disant: ''Et les pauvres noirs dont les pères sont en Afrique, n´auront-ils donc rien?'' En disant cela, il voulait non seulement amoindrir l´avaricité, la cupidité et l´empressement des anciens libres, mais surtout leur rappeler que, si sous l´ancien régime, les richesses étaient concentrées presque à 90% seulement aux blancs, puis 10% aux affranchis, sous ce nouveau règne de l´empire d´Haiti, les choses doivent nécessairement se faire d´une autre manière. Par ces actes de justice sociale, il voulait également l´égalité entre tous les haitiens, ce qui n´était pas du tout dans le projet des anciens libres, même dans la tête des généraux à qui il faisait confiance de veiller au respect des décisions de l´état. Dessalines voulait une société où chacun peut avoir ses moyens de vivre sans besoin d´être riche, il voulait que chacun ait sa part du gâteau, afin qu´ensemble nous soyons tous satisfaits.


2.4. Construire le pays sur la base d´unité nationale

Le quatrième élément de l´idéal dessalinien est ce qu´on appelle l´unité nationale. Dessalines a fait tout ce qui était en son pouvoir pour mettre fin à toute sorte de discriminations et de préjugés entre mulâtres et noirs. De ce fait, l´article 14 de la constitution de 1805 fit disparaître toute forme de différence de couleur, désormais les haitiens sont considérés comme un peuple noir. Ensuite, les enfants naturels bénéficient des mêmes droits que les enfants légitimes. Tout le peuple haitien devait s´unir pour défendre l´indépendance nationale, la plus grande des préoccupations de Dessalines. Aussi dit-il: ''Au premier coup de canon d'alarme, les villes disparaissent et la nation est debout'' (art. 28 des dispositions générales de ladite constitution). L´indépendance

étant très fragile, il faut s´attendre à n´importe quel moment à un retour brutale des Français, donc seule l´unité nationale était capable d´aider à la sauvegarder, disait Dessalines. Dans l´acte de l´indépendance précedant cette constitution on pouvait lire cette phrase enflammée : '' Jurons à l´univers tout entier, à la postérité et à nous- mêmes de renoncer à jamais à la France, et de mourir plutôt que de vivre sous sa domination. De combattre jusqu´au dernier soupir pour l´indépendance de notre pays''. Pour Dessalines, il ne s´agit pas seulement d´une simple indépendance, il avait compris qu´elle a été acquise au prix du sang, d´où l´impérieuse nécessité de rendre le pays politiquement indépendant et économiquement souverain. Il avait également et parfaitement compris que l´indépendance d´un peuple ne peut être assurée en se fermant sur lui-même, voilà pourquoi, il ouvrait les ports d´Haiti aux pays étrangers, sauf à la France, même jusqu´en 1848, les relations commerciales entre la France et Haiti se faisaient dans la plus parfaite clandestinité. Enfin, Dessalines avait compris que seule l´unité nationale pouvait sauver ce pays en même temps le développer. Voilà pourquoi dans le but de symboliser cette union entre noirs et mulâtres, il se résolut d´offrir en mariage sa fille Célimène au général Pétion. Mais, une histoire qui s´est terminée en queue de poisson puis que tous les historiens avancent unanimement que Pétion s´est marié avec Marie-Madeleine Lachenais, une mulâtresse.


2.5. Créer une stabilité économique

Le cinquième et dernier pour ne pas dire le plus important aspect de l´idéal dessalinien avec lequel, je voudrais fouetter la conscience citoyenne de chacun, est celui de la souveraineté économique. En butte à de grandes difficultés, l´économie du nouvel
état souffrait d´une abscence de cadres techniques et administratifs, de capitaux et de richesses. Dans le but de la relancer, Dessalines a dû prendre quelques mesures imporantes comme le décret du 1er août 1805 ayant déterminé la responsabilité des négociants, celui du 10 janvier 1806 ayant établi le système de 1/3 qui obligeait aux
étrangers de charger leurs cargaisons d´un tiers de chaque produit comme café, cacao, sucre; et celui du 2 septembre 1806 ayant fixé à 10% les importations et les exportations. Ces décrets en regularisant les activités commerciales, ont eu pour objectif de stabiliser l´économie du pays. Dessalines a, par la suite, instauré le caporalisme agraire en vertu du décret du 9 avril 1805 qui prévoit le système de 1/4. Ce système visant à relancer l´économie, déplaisait farouchement aux agriculteurs parce qu´il leur

faisait se souvenir de l´ancien régime, ensuite parce qu´ils étaient contraints de travailler la terre, enfin, parce qu´ils ne pouvaient même pas se rendre au marché pour aller vendre leur 1/4, ils devaient le vendre encore aux propriétaires du champ sur lequel ils travaillent.Toutes ces mesures animées par l´objectif de fonder un état fort
économiquement ont rébondi sur Dessalines et ne manquaient pas de créer des animosités, des hantises, des frustrations au sein du peuple et parmi les généraux qui méprisaient ses ordres en le faisant passer pour le seul responsable, jusqu´à ce que certains historiens parviennent même à avancer que Dessalines répondait aux administrateurs corrompus: ''Plumez la poule, mais attention qu´elle ne crie''. D´autre part les mesures administratives pour mettre de l´ordre dans les institutions de l´état n´ont pas manqué de déplaire aux antourages de Dessalines dont les intérêts étaient menacés. Tous ces mécontentements de haut et de bas nous poussent à dire que dans une telle situation Dessalines était livré à lui-même, de ce fait, le drame qui allait avoir lieu au Pont-Larnage, devenu Pont-rouge, parcequ´il a été rougi par le sang de l´Empéreur, était inévitable.


3- Les relations internationales sous l´empire de Dessalines

En réalité, sous la gouvernance de Dessalines, il est difficile de parler de relations internationales dans le vrai sens du terme, dans le sens qu´il convient de le saisir couremment de nos jours. Car, d´un côté, Haiti n´était pas traité comme un Etat à part entière, c´était une bande de rebelles qu´il fallait réprimer, de l´avis des grands pays dont les intérêts étaient menacés à cause de son accession à l´indépendance. D´un autre côté, les relations qu´Haiti entreprenait avec surtout des pays comme l´Angleterre et les
États-Unis étaient, bien que clandestines, purement commerciales. Ce commerce était surtout caractérisé par l´approvisionnement en denrées telles que le café, le coton et le sucre du côté d´Haiti, en armes et en munitions du côté de ces deux géants du Nord. Avec le reste du monde; l´Amérique Latine, l´Asie, l´Afrique et la Caraibe où l´Espagne, l´Angleterre et la France avaient respectivement des colonies, Dessalines se résolut intélligemment de ne pas les influencer. Cependant, en fait, l´objectif de Dessalines était de camouffler les puissances colonisatrices européennes pour les faire dormir, parce que plus tard il reçut Miranda et lui fournit des armes et des munitions pour aller libérer les colonies espagnoles, mais ce dernier a échoué parce qu´il n´avait pas suivi les consignes de Dessalines selon lesquels une révolution ne devrait jamais se

faire dans les négociations, une révolution doit être radicale. D´autre part, Dessalines s´adressa aux peuples de la Martinique et de la Guadeloupe pour les inciter à briser les chaînes de l´esclavage de leurs pieds parce que sa vision était de voir libres toutes les colonies du monde entier. Ainsi, sous sa gouvernance, et même après son assassinat, Haiti fut considérée comme une terre d´asile à tous les esclaves du monde entier c´èst-à- dire tout esclave qui y aurait mis les pieds était automatiquement déclaré libre. Voilà pourquoi, la France a combattu Haiti sous toutes les formes en interdisant à tout pays de commercer avec elle, particulièrement les Etats-Unis. En effet, les Américains entreprennaient des relations commerciales avec les Haitiens que la France qualifiait de rebelles, de brigands, de révoltés, enfin, de toute sorte de mauvaise chose, car elle ne pouvait pas supporter cette honte que lui infligait cette nation nègre. Le 8 août 1805, Napoléon Bonaparte écrivait une lettre au président américain dans laquelle il lui faisait de grands menaces de suspendre toute relation avec Haiti. Mais ces commerces entre l´Angleterre et les Etats-Unis se poursuivaient dans la plus parfaite clandestinité. En fait, si les Etats-Unis et l´Angleterre gardaient leurs relations commerciales avec Haiti malgré les pressions incessantes de la France, c´est parce qu´ils avaient leurs propres intérêts. Pour l´Angleterre en guerre avec la France, et en même temps maîtresse du commerce maritime, c´était la meilleure occasion stratégique d´évincer la France. De la part des Etats-Unis, c´était également l´opportunité d´entrer en rivalité avec la France et l´Angleterre. Plus tard, pour faire plaisir à la France dont ils espéraient l´acquisition indispensable de la Louisiane, et sous la pression des esclavagistes américains, les Etats-Unis prirent le 28 février 1806 une loi interdisant toute relation commerciale avec Haiti, mais cela n´empêchait pas que des bâteaux américains continuent d´arriver clandestinement dans les ports d´Haiti, et que de 1804 à 1806 Haiti soit le premier partenaire commercial des Etats-Unis. Mais, le constat en tout cela c´est le fait que ces pays ont accepté de commercer avec Haiti sans manifester aucune volonté de reconnaître son indépendance. De plus, comme ce fut un commerce purement clandestin organisé sous des pavillons masqués, ces pays n´ont jamais voulu l´appeler Haiti de son vrai nom, ils l´appelaient généralement la colonie française révoltée ou encore la partie française de Saint-Domingue. Tout cela rentre dans le cadre de la campagne d´isolement et de blocage de la nouvelle république nègre dont les véritables penseurs furent la France, les Etats-Unis, l´Angleterre et l´Espagne, tous se sont concertés pour effacer Haiti sur la carte géographique mondiale. Dessalines avait refusé de signer certains accords avec l´Angleterre dont il traitait de la même manière que la France ou encore

l´Espagne c´est-à-dire colonisateurs dont il se méfiait considérablement. Haiti, petite république noire indépendante du monde a confronté à toute sorte de calamités en terme de relations internationales, la diplomatie haitienne a été, de ce fait, complètement paralysée. Haiti ne pouvait pas se garantir un développement au même titre de l´état moderne, il y eut trop de blocage, trop d´obstacle, trop de barrière à l´échelle internationale ajouter aux indemnités économiques imposées par la France. On a mis toutes les machines idéologique, économqiue et politique en branle pour la coincer de toute part afin qu´elle s´étteigne, qu´elle cesse d´exister, mais la résistance haitienne fut incroyable. Sur ce, Sydney Mintz eut à dire: « ce qu’il y a d’étonnant dans l’histoire de la deuxième république proclamée des Amériques, ce n’est pas qu’elle ait eu un destin si chaotique, mais tout simplement qu’elle existe encore aujourd’hui ». Haiti a
été mise à l´écart comme un vénin, un virus sur l´échiquier mondial par la communauté internationale parce qu´elle avait osé annoncer un nouvel ordre mondial en disant haut et fort non à l´esclavagisme, au colonialisme et au ségregationnisme. Ainsi, tout pays ayant eu des contacts avec Haiti fut considéré comme contaminé et ennemi des pays colonisateurs en particulier la France. Dans son article intitulé la révolution haitienne et la lutte contre l´esclavage: la connaissance face à l´ignonrace et au silence, Rex Nettleford nous interpelle à voir dans la révolution haitienne non seulement un choc des civilisations, mais également un instrument de travail de mémoire utile à tout peuple de la terre, en d´autres termes, l´auteur a montré clairement comment la révolution haitienne doit avoir toute sa valeur et sa place entière dûment reconnue dans l´histoire universelle. Enfin, le règne de Dessalines, sur le plan des relations internationales, a été un véritable calvaire, malgré tout, le pays pouvait produire afin d´échanger avec les autres pays et d´obtenir ce dont il nécessitait.


4- Causes et conséquences de l´assassinat de Dessalines

4.1. Causes

Les causes ainsi que les conséquences de ce crime crapuleux sont très nombreuses. C´est l´une des graves erreurs que l´histoire ne pardonnera jamais à Haiti durant toute sa vie. C´est le premier acte maudique et diabolique que le peuple haitien ait commis: humilier et mutiler le corps de celui qui lui avait arraché des mains de l´oppresseur, après l´avoir criblé de coups de sabres. On se demandait qu´était-il arrivé

aux Haitiens? Ils étaient devenus tout d´un coup des barbares, des canibals. Ceux-là qui, deux années auparavant, s´étaient unis pour acquérir la liberté et l´indépendance totale, se sont rejouis d´avoir pu librement choisir et acclamer leurs propres dirigeants, mais voilà, devenus fous, poussés par leurs instincts de convoitise et leur rage, ils ont détruit leur propre rêve incarné en celui qui les avait tous conduits à liberté. Ce rêve de vivre dans une Haiti réellement libre et indépendante, car il est claire que Dessalines n´avait jamais toléré l´ingérence étrangère dans les affaires profondément internes de son pays. Certes, il y avait des mains invisibles derrière tout cela, mais la responsabilité de tous les haitiens en est la première. Bon nombre d´historiens s´accordent sur trois causes principales ayant conduit à cet assassinat. La première, c´est le fameux procès des terres entre les anciens et les nouveaux libres auquel Dessalines n´a pasp pu apporter une réponse satisfaisante aux deux camps. La seconde est l´instauration du caporalisme agraire duquel les agriculteurs se plaignaient, et la troisième s´accentue sur les décisions ayant visé à mettre de l´ordre dans l´administration de l´état. Mais, parmi ces trois causes fondamentales, j´aimerais ajouter deux autres qui, de mon point de vue, révelent d´une grande importance. Il s´agit, d´une part, des mesures prises sur le commerce international, surtout en ce qui a trait au sytème de 1/3 qui rougissait de colère les commerçants étrangers comme les Américains, les Danois et les Anglais avec lesquels Haiti entreprenait clandestinement des relations commerciales. D´autre part, il s´agit de la campagne du sud entreprise par Dessalines. Lors de cette tournée, l´Empéreur, par ses actions jugées arbitraires, a lésé les intérêts de la bourgeiosie agraire et commerciale, il a ensuite donné une leçon aux gens qui abattaient les bois de campêche qu´il avait interdit d´abattre. Tout cela n´a fait qu´accroître les haines contre lui. Pensant prendre ces mesures dans l´intérêt du peuple, il était, cependant, abandonné par ce dernier. Dessalines était hai par ses paires, trahi d´ailleurs par Pétion et Christophe en qui il plaicait toute sa confiance. L´histoire n´a pas prouvé que ces deux grands comploteurs ont reçu de l´argent de ces mains invisibles pour éliminer l´Empéreur, mais une chose est sûre c´est qu´ils étaient des affamés de pouvoirs. Et cela tient encore ses racines dans l´histoire d´Haiti. Rapidement, il faut rappeler que Pétion
était le chef des mulâtres, Christophe avait, pendant un certain, reçu une formation en Angleterre, il dirigeait quelques milices avant de devenir général de division dans le nord puis le général en chef de l´armée indigène losque Dessalines est devenu empéreur. Les deux ont défendu la cause des mulâtres avant de s´allier aux noirs sous l´initiative de Dessalines pour faire l´indépendance, peu de temps après ils ont comploté pour

effacer cet empéreur à qui ils ont juré d´obéir aveuglement à ses ordres. Cependant, le gâteau pour lequel l´Empéreur s´est fait limoger revenait, de droit ou de fait, à qui exactement? A personne! Sinon notre haine n´a fait que justifier le comportement du ravet, en d´autres termes, si on ne peut pas savouer un mets délicieux, il vaut mieux l´empoisonner au lieu de le donner à quelqu´un d´autre qui en nécessite grandement. Et ce comportement de ravet fait partie intégrante de la culture politique haitienne jusqu´à ce jour. Enfin, il n´est pas mauvais d´avoir de l´ambition de prendre le pouvoir, mais dépendemment de la façon dont on y parvient, car il est un droit inaliénable reconnu à chaque citoyen de se porter candidat à un poste électif, ou d´exprimer son ambition aux fonctions directives de son pays pourvu qu´il en soit capable.


4.2. Conséquences

Voilà pourquoi l´une des grandes conséquences de cet acte odieux et maudique a

été la cassure du pays en deux grands morceaux, c´est la période que les historiens appelent période de scission. En d´autres termes, Pétion reçut sa part dans l´est et l´ouest où il instaura une république jusqu´à sa mort en 1818, Christophe obtint la sienne dans le grand nord comprenant le nord, le nord´est et l´artibonite et y établit un royaume. Cette cassure engendra des luttes incessantes pour le pouvoir jusqu´à aujourd´hui, et des guerres civiles. Après la mort de ces deux géants, Boyer réunifiait toute l´île durant une période de 22 ans, à sa mort, les mêmes hantises entre les affamés de pouvoirs continuent jusqu´à l´arrivée de l´occupation américaine en 1915. Ensuite, le pays a perdu complètement toutes les grandes valeurs pronées par l´idéal dessalinien, telles que nous les avons développées ci-dessus: l´intégrité du territoire national n´est plus respectée, la solidarité voire l´unité nationale n´existe plus, l´injustice sociale est la règle, ceux qui sont riches, le deviendront davantage, et ceux qui sont pauvres périssent dans une misère amère et chronique, le pays a totalement perdu sa souveraineté
économique et son indépendance politique. Pourtant, ces valeurs de l´idéal dessalinien sont permanentes, universelles et indispensables à la vraie construction d´un état- nation. Nous avons tout détruit de Dessalines, complètement tout, et en voilà les conséquences aujourd´hui. La première république noire du monde est devenue l´un des pays les plus pauvres de la planète. 208 ans d´histoire, et rien de significatif, absolument aucun progrès, au lieu d´être une gloire pour les peuples libres, nous en sommes devenus une honte. Haiti ne possède pas de moments historiques datés d´environ 100

ans. Nos regards de mémoire patrimoniale sont encore tournés vers la Citadelle qui est menacée d´être rayée de la liste des patrimoines mondiaux de l´UNESCO à cause de mauvais traitements; le Palais Sans soucis; les statues des héros de Vertières; les forts Jacques et Alexandre, ect. Quel progrès avons-nous réalisé depuis l´assassinat lâche de l´Empéreur? Que devient Haiti? Rien, sinon un mendiant audacieux et parfois arrogant! Nous faisons que regresser considérablement et graduellement aux yeux des peuples pour lesquels nous étions un exemple vivant dans l´histoire, en particulier pour ceux-là mêmes que nous avons aidés d´une manière ou d´une autre à acquérir leur indépendance comme le Venezuela, la Bolivie, la Colombie. Aujourd´hui, ce sont eux qui nous viennent en aide, et nous n´en avons même honte. L´orgueil dessalinien inscrit dans son propre idéal a complètement anéanti en nous et nous ne faisons que vivoter, notre existence de peuple est hypothéquée. Il semble que cet orgueil a été ensévelli au Pont- Rouge avec l´empéreur, puis qu´on n´en avait plus besoin. Dans le cas contraire, il vaudrait mieux partir à sa recherche parce que notre manière de vivre nous expose à la disparition.


Conclusion

Somme toute, ce rappel historique nous permet de comprendre que les séquelles, les cicatrices et les blessures du drame du Pont-Rouge sont profondes et nombreuses et nous poursuivent. On a pas tué Dessalines, on a tué le rêve d´Haiti, sa vision, sa projection et sa chance de devenir un état fort et prospère. Pensant qu´après avoir éliminé Dessalines, tout aurait fini, tout le peuple s´était grandement trompé, car c´est faux, la solution n´était pas dans l´effacement brutale de l´empéreur. De ce fait, il demeure un fanôme qui nous guette, nous boulverse, car nous avons étouffé ses rêves. C´est comme habiter dans une maison anthée où l´on entendait des bruits de toute sorte. Le plus grave c´est que de 1806 à 1892 le nom de Dessalines fut bani, et quiconque prononçait ce nom risquait de se faire automatiquement exterminer. Sa femme, Claire Heureuse, n´avait même pas eu la chance de l´envelopper dans un linceul, ni de dire adieu à son auguste époux. L´empéreur fut tellement exterminé avec la rage au coeur qu´il n´avait pas eu le droit à un anterrement voire à une sépulture digne de ce nom. Après l´avoir assassiné, les soldats l´ont dépouillé de tout comme un ivrogne, un vagabond, même le droit de son corps en tant que mort n´a pu être respecté, car il a été mutilé, trainé dans les rues comme un chien. Ses enfants ont perdu complètement le

droit d´avoir un père qui les chérit, même pas celui, quand à sa mort, de lui donner un dernier baiser affectueux. Cependant, malgré tout cela, la seule porte de sortie des crises actuelles d´Haiti qui ne débutent pas aujourd´hui comme nous venons de le montrer n´est qu´une réconciliation avec l´idéal dessalinien. Car, en dépit de tout, Dessalines reste et demeure le premier des noirs et le père fondateur de la républque d´Haiti dont la vision conserve encore son essence et son efficacité dans une Haiti déchirée, mais tant convoitée. Je suis persuadé que seul cet idéal pourra sauver Haiti, car dans toute l´histoire, je n´ai jamais vu autant de fierté, de dignité et de courage chez un homme comme celui-ci dont son intérêt était d´abord celui de son peuple.


¹ Conseil Supérieur de la Police Judiciaire

² Conseil Electoral Permanent

Jean FABIEN Normalien-Juriste


Notes


1. REX, Nettleford. « La Révolution haïtienne et la lutte contre l'esclavage : la connaissance face à l'ignorance et ausilence »,Revue internationale des sciences sociales , 2006/2 n° 188, p. 211-218. DOI : 10.3917/riss.188.0211. Disponible online: http://www.cairn.info/revue-internationale-des-sciences-sociales-2006-2-page-
211.htm. Dernier accès le 15-10-2012

2. DE LA CROIX, Pamphile. La révolution de Haiti. Ed. Karthala. Paris, 1995. p. 381-

385

3. BRIÈRE, Jean-François. Haiti et la France 1804-1848: le rêve brisé. Ed. Karthala.

Paris, 2008. p. 47-76.

4. CASIMIR, Jacques. Une autre vision sur Dessalines. Disponible online

: http://www.ezilidanto.com/zili/2012/04/une-autre-vision-sur-jean-jacques-dessalines/. Dernier accès le 15-10-2012
5. CADET, Pierre Josué Agénor. Gouvernement de Dessalines. Disponible online: http://newsgroups.derkeiler.com/Archive/Soc/soc.culture.haiti/2005-
10/msg00580.html. Dernier accès le 15-10-2012.

6. Banque de la République d´Haiti. Les Etats-Unis et le marché haitien. Disponible online: http://www.brh.net/shhgg/turnier_l1.pdf. Dernier accès le 16-10-2012.
7. HECTOR, Michel et HURBON, Laennec. Genèse de l´Etat haitien (1804-1859). Ed. de la maison des aciences de l´homme. Paris, 2009. p. 77-91.
8. NICHOLLS, David. From Dessalines to Duvalier: race, colour and national independence in Haiti. New Jersey, 1979. p. 33-66.

  • Sunday, 08 June 2014

Leave a comment

You are commenting as guest.